Avez-vous perdu le contrôle sur votre production ?

Il est rare pour les entreprises d’enregistrer un volume de ventes constants. Puis le virus a fait son arrivée, avec toute l’incertitude qu’il apporte. La majeure partie de l’industrie de fabrications d’armoires de cuisines et de meubles, a eu la chance de continuer à connaître une forte demande alors que d’autres industries éprouvent des difficultés en raison des restrictions imposées par le confinement.

 

Vous investissez probablement dans la promotion et le marketing pour chercher à obtenir plus de commandes. À mesure que ces investissements portent fruits, de nouveaux projets sont vendus et entraînent un plus grand volume de production en usine. Pour répondre à la demande croissante, d’autres investissements sont réalisés dans l’équipement, ce qui engendre une productivité accrue… mais jusqu’à un certain point.

 

L’augmentation de la vitesse d’alimentation et du débit de traitement de l’équipement ne constitue qu’une partie de la solution. En effet, plus chaque machine gagne en efficacité, plus la planification et la coordination du travail deviennent importantes. C’est à ce stade que les systèmes d’exécutions de la fabrication (MES) prend tout son sens : ils permettent de gérer la complexité de la gestion de l’usine, en maximisant les investissements dans la machinerie grâce à l’optimisation du flux de production.

 

À quoi tout cela rime-t-il dans la vraie vie ? Comment un logiciel MES peut-il optimiser le flux de production ? 

 

Le meilleur moyen de répondre à ces questions est de présenter un exemple concret qui rejoindra probablement tous les fabricants. Le processus débute par le traitement des pièces, au cours duquel l’équipement arrive particulièrement bien à produire un grand volume très rapidement. À l’étape suivante, ces pièces prendront peut-être des chemins différents, mais finiront toutes à l’assemblage. La coordination des étapes intermédiaires est essentielle au flux global des opérations.

 

Après la coupe, le placage et le goujonnage, les pièces doivent être organisées (triées) par caisson aux fins d’assemblage. Ce processus de triage peut être hautement automatisé à l’aide du MES. Encore mieux, le triage des pièces peut être synchronisé grâce au traitement des sous-ensembles. Les portes et les tiroirs sont fabriqués aux stations de sous-assemblage qui alimentent le processus d’assemblage général, et nous voulons coordonner le tout avec la production des caissons.

 

L’objectif n’est pas simplement de construire une multitude de caissons à la chaîne. Une fois les caissons assemblés, les portes et les tiroirs doivent être prêts pour compléter chaque produit, et ce, dans l’ordre prescrit. Nous nous sommes tous déjà trouvés dans une situation où les caissons s’accumulent à la fin de la chaîne de production, en attente de l’arrivée des portes.

 

Non seulement le MES facilitera le triage des pièces, des portes, des pièces de tiroir et des cadres de façade, mais il coordonnera aussi les multiples parcours empruntés pour que chaque élément se trouve au bon endroit au bon moment à l’assemblage final.

 

À l’heure actuelle, il existe un logiciel qui peut optimiser le flux des travaux à une fraction du coût d’une seule machine CNC.